Langue
La Clau
Perpignan: l’annonce de Benoît Hamon rassure les restaurateurs sur la TVA
Langue

Face à une éventuelle hausse de la TVA sur la restauration, suggérée par un rapport parlementaire présenté le 30 octobre, les professionnels des Pyrénées-Orientales ont vécu plusieurs jours d’inquiétude. Dès l’annonce de cette nouvelle orientation budgétaire gouvernementale, avancée en commission des finances par le député socialiste Thomas Thevenoud, l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie des Pyrénées-Orientales (UMIH 66) s’est émue. Immédiatement, son président, François Galabert, a défendu le maintien de la TVA à 5,5 %, avec le soutien appuyé de la Chambre de Commerce de Perpignan et de l’Union Patronale des Pyrénées-Orientales. Décrivant une « profession en danger » et un projet de mesure « idéologique et dogmatique », M. Galabert argumentait en faveur de la permanence ce taux, acquis le 1er juillet 2009, après avoir été de 19,6 %, et informait de la création, en Pays Catalan, de plus de 400 emplois dans l’ensemble des modèles de restauration, ancestrale ou de type fast-food. Ces craintes, observées dans de nombreuses régions de France, sont repoussées par une annonce de Benoît Hamon. Le 4 novembre, le ministre délégué à l’économie solidaire assurait qu’une hausse du taux réduit de TVA dans la restauration ne serait pas appliquée « dans l’immédiat », tout en précisant « aucun sujet n’est tabou ». A Perpignan, Collioure ou Villefranche-de-Conflent, l’inquiétude des restaurateurs se dissipe, sans pour autant disparaître. La coïncidence veut que le ministre soit un familier des Pyrénées-Orientales, d’où est originaire son épouse.

Partager

Icona de pantalla completa