Langue

Le ministère de la Culture et de la Communication, par le biais de la préfecture des Pyrénées-Orientales, a accordé le label « Patrimoine du XXe siècle » à la Ville de Perpignan, le 20 janvier. Cette distinction patrimoniale, à fort intérêt économique touristique , signale les « constructions et ensembles urbains (…) dont l’intérêt architectural et urbain justifie de les transmettre aux générations futures comme des éléments à part entière du patrimoine du XXe siècle », selon le ministère. Ce jeudi 21 mai mai, le maire, Jean-Marc Pujol, préside une série d’événements de lancement d’une nouvelle politique de valorisation culturelle, liée au label. A l’attrait touristique s’ajoute une volonté de changer la vision des habitants sur leur propre ville, en attirant leur regard sur des trésors inscrits dans le paysage urbain.

L’Art déco, nouvelle image de Perpignan

Un logo évocateur appuie le label reçu, en hommage à l’architecture des années 1900, 1920 et 1930, jusqu’aux années 1960. Cinq quartiers et huit édifices isolés de la ville sont soulignés, à l’instar du quartier des remparts Sud, pour partie de style Art déco. Le Moulin-à-Vent fait partie de la liste en démontrant la capacité à bien vieillir d’un ensemble bâti en urgence pour accueillir la population pied-noir. Les architectes Raoul Castan, Edouard Mas-Chancel, Férid Muchir et Frank Lloyd Wright illustrent cette relecture de la ville, entre tendance régionaliste, style néo-classique et avant-gardes. Perpignan la charmante résumera son évolution architecturale du siècle passé dès le 3 juin à la Casa Xanxo dans l’exposition « Perpignan au XXe siècle : architectures et modernités ».

Perpignan Art Déco, Avenue du Lycée

Partager

Icona de pantalla completa