Langue

Le Centre del Món, galerie attenante à la gare à grande vitesse de Perpignan, décollera 10 ans après son inauguration. Ce vaste espace, originellement promis à devenir une fourmilière de commerce et de business, doit recevoir 950 salariés d’ici le printemps 2019. Le Centre de Gestion de la fonction publique territoriale des Pyrénées-Orientales (CGFP66) y implantera ses 50 agents et un espace de formation prévu pour 300 personnes. Une centaine de salariés du pôle transport de la région « Occitanie » y trouvera sa place tout comme les services administratifs de la société Sotranasa, spécialisée dans les réseaux enfouis, qui a acquis une surface de 2 000 m². Cette nouvelle mouture du Centre del Món recevra également les 45 employés du cabinet d’avocats et de notaires Reynaud-Falandry, la société Sofidec, l’Etablissement Public Foncier Local Perpignan Méditerranée et les 32 agents administratifs du service des déchets de la métropole Perpignan Méditerranée. La Société Publique Locale Perpignan Méditerranée et l’Office HLM Perpignan Méditerranée y rejoindront deux structures déjà présentes, l’Agence de Développement Economique et l’Euro-région Pyrénées Méditerranée.

Le pari gagnant de Sofidec

Ce remplissage tardif du Centre del Món est le fruit de la stratégie de son propriétaire depuis décembre 2016, le groupe immobilier perpignanais Sofidec, qui a acquis les lieux pour 14 millions d’euros, une somme modique compte tenu des 120 millions qu’a coûté leur construction. Ces derniers mois, en silence, cet opérateur est parvenu à commercialiser les 10 000 m² de bureaux distribués sur trois étages. Le Centre del Món s’apprête ainsi à devenir un lieu animé, comme prévu à l’origine en vertu de la liaison TGV directe Paris-Perpignan-Barcelone-Madrid. Son échec devrait se transformer en succès, après 6 ans de fermetures de commerces, et même l’émergence de deal dans ses murs. Sofidec renonce au développement commercial au profit de l’administration, au prix d’une étonnante concentration de fonctionnaires significative de l’atonie économique du Pays Catalan.

Partager