Langue
La Clau
Madrid souhaite transformer les caisses d’épargne catalanes en banques
Langue

Pour amortir les effets de la crise, le gouvernement espagnol lance une réforme qui fait grincer des dents en Catalogne du Sud. Ce lundi, la ministre de l’Economie du gouvernement Zapatero, Elena Salgado, a en effet recommandé de privatiser les caisses d’épargne, nombreuses en Catalogne, en cas de non solvabilité. Le modèle d’épargne catalane, reconnu comme porteur d’équilibre sociaux, pourrait ainsi être condamné, après une première étape manifestée l’été dernier par la fusion entre établissements, recommandée par l’Etat espagnol dans un contexte économique difficile. La nouvelle mesure, issue d’une recommandation du gouverneur de la Banque d’Espagne, Miguel Ángel Fernández Ordoñez, devrait intervenir par simple décret, ce vendredi. Le gouvernement espagnol augmentera dès lors de 6% actuellement, à 8%, le taux de solvabilité des caisses d’épargne, ce qui rendra nécessaire un apport de 2 milliards d’euros aux caisses. Celles-ci qui ne pourrons faire face à cette modification de leur fonctionnement seront ainsi forcées à la privatisation, c’est à dire la reconversion en banques traditionnelles. L’entrée de capitaux privés, qui devrait contribuer à atténuer les liens entre ces caisses d’épargne et le territoire catalan, par l’intrusion d’actionnaires extérieurs, est perçue comme une menace par bon nombre de décideurs.

Ce changement, propre à bouleverser le système financier sud-catalan, basé sur un puissant réseau citoyen de proximité, a reçu ce lundi de vives critiques de la part du Parti Socialiste de Catalogne, face au Parti Socialiste Ouvrier Espagnol de M. Zapatero. Pour leur part, les nationalistes de Convergence et Union, au pouvoir au Parlement de Catalogne, pronostiquent une bataille sans concessions. Leur porte-parole à Madrid, Josep Antoni Duran i Lleida, a annoncé sans hésiter un refus « par tous les moyens », afin de « défendre les caisses d’épargne de notre pays », a-t-il lancé. Défenseur d’une « stabilité financière » catalane liée à un fonctionnement largement partagé par les 7,5 millions d’habitants de la Catalogne du Sud, M. Duran i Lleida a été rejoint par la députée Laia Ortiz, du parti post-communiste Initiative pour la Catalogne, selon laquelle le « modèle social et català des caisses est en péril ». Le président catalan Artur Mas et le président espagnol José Luis Rodríguez Zapatero, qui ont pris rendez-vous ce lundi, devraient débattre de ce grand sujet économique, en février, à Madrid.

Partager