Langue

L’Université de Perpignan recevra en 2009 le strict minimum de l’Etat, selon le texte remis lundi à Paris par Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Alors que le dispositif prévoit « une augmentation au moins égale à 10 % pour chaque université » française au titre du budget 2009, le campus catalan recevra une dotation plancher, d’exactement 10,5 millions, en dépit d’efforts de rapprochement avec les milieux économiques appréciés par le ministère. Perpignan dispose en effet de masters « Banque et assurance » ou encore « Génie des systèmes industriels – spécialité énergies solaires » auxquels sont associées plusieurs entreprises, dont la contribution s’avère forte. Mais globalement, l’Université de Perpignan se situe loin de la tendance européenne du réalisme économique, et pourrait ainsi payer, par cette piètre dotation, un manque de performances. En comparaison, ses quatre voisines du Languedoc raflent la mise en attirant en tout 70 millions, soit une augmentation de 16,4% par rapport à 2008, Perpignan ne progressant que de 10,3%. Dans le cadre de la loi sur les libertés et responsabilités des universités de 2007, seulement 20 universités françaises accèderont à l’autonomie en 2009, parmi lesquelles figurent Toulouse 1 et Montpellier 1.

Partager

Icona de pantalla completa