Langue
La Clau
Litiges à la chaîne sur fond de SMIC à Carrefour Claira, Canet et Saint-Estève
Langue

L’hypermarché Carrefour de la commune de Claira, au Nord du Pays Catalan, vient d’être une nouvelle fois condamné par la justice, selon une information relayée ce mardi par le parti d’extrême-gauche Lutte Ouvrière (LO). Depuis plusieurs années, des dizaines d’employés du géant français de la grande distribution, défendus par la CGT, se sont opposés à leur direction, pour parvenir à être payés au Smic. La dernière fois, qui était la deuxième, en avril 2009, Carrefour Claira avait été condamné pour avoir rémunéré 21 de ces salariés en dessous du seuil minimum pendant quatre mois. En guise de réparation, ceux-ci avaient alors perçu 22.000 euros d’arriérés de salaires. Une procédure identique, dès lors engagée par 27 autres salariés, leur permettra ainsi de rattraper 30.000 euros de salaire, soit un mois de novembre « payé plus que double pour certains », selon LO, qui considère « irréversibles » les condamnations, car Carrefour a « abandonné » les procédures. Le parti d’Arlette Laguiller signale 25 autres litiges nés au sein du même établissement, portés auprès des Prud’hommes, tandis que des employés de Carrefour Canet et de Carrefour Market Saint-Estève auraient également engagé des actions en justice.

Partager