Langue

Non contente de disposer du réseau à grande vitesse le plus étendu d’Europe, l’Espagne compte améliorer les performances de son service. Le 3 octobre, la société publique Adif, gestionnaire public du grand maillage ferroviaire, a fait l’annonce d’une série d’améliorations consécutives de travaux engagés. Ce plan global, à finalisr en décembre 2015, concerne 25 lignes TGV ou conventionnelles, sur lesquelles le temps de parcours sera réduit. L’axe Perpignan-Barcelone n’est pas concerné dans sa partie ibérique, mais le trajet entre Barcelone et València, en trains à l’ancienne, sera couvert en 2h20. Les liaisons AVE entre Madrid et València seront raccourcies à seulement 1h15, tandis que la distance València-Alicante sera rapportée à 55 minutes et València-Murcia à 1h20. Le Madrid-Grenade profitera d’un temps de 2h45, contre 3h30 pour Madrid-Saint-Jacques de Compostelle.

28 millions de voyageurs en 2014

L’accélération de la vitesse moyenne de convois est programmée par Adif, dont le budgets 2015 tiennent compte de l’enjeu. Dans l’Espagne en crise, ou en début de sortie de crise, la quête de compétitivité est convoitée par le gouvernement Rajoy. En 2014, le trafic ferroviaire à grande vitesse espagnol aura profiter d’un augmentation de 8 %, tandis que se profile un bilan annuel de 28 millions de voyageurs.

Partager

Icona de pantalla completa