Langue

La mise sous administration judiciaire de la société TP Ferro, concessionnaire chargé de la ligne à grande vitesse Perpignan-Figueres, fait réagir Europe Ecologie – Les Verts (EELV). Dans un communiqué, la formation observe une faillite «malheureusement prévisible au regard du trafic effectif de la ligne» car «sur les 58 trains prévus quotidiennement, seul un tiers circule». Le parti invite à se «méfier des prévisions trop optimistes, notamment en ce qui concerne le projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan». Il souligne le risque de non-rentabilité du futur axe, dont le projet subit un «enlisement», tout en demandant en guise d’alternative une ligne favorisant le transport de marchandises sur l’ensemble de son tracé. Dotée d’une «vitesse de base de 220 km/h pour les voyageurs et de 120 km/h pour le fret», cette solution moins ambitieuse que le projet actuel en faciliterait le financement «par la perception de péages auprès des trains de marchandises».

Partager

Icona de pantalla completa