Langue

L’intrusion de vaches autochtones du massif des Albères dans les zones habitées revient dans l’actualité, après de premières tensions survenues en août 2008. Un arrêté préfectoral promulgué à Perpignan, ordonnant l’abattage de 23 vaches errantes, avait été stoppé au nom du patrimoine. Depuis début septembre 2010, plusieurs dizaines de vaches « massaneses », en manque d’aliments, fréquentent le village de l’Albère, à 800 mètres d’altitude, près du Perthus. Une fillette attaquée, une femme percutée, un homme blessé aux mains, une vache investissant un véhicule, une autre tombant dans une piscine, figurent parmi les méfaits relevés. Les bêtes incontrôlées, enfuies d’un élevage du hameau de Requesens, sur le territoire communal de La Jonquera, sont signalées dans le massif depuis 2006. Face aux dangers croissants dus à leur reproduction, l’idée d’un groupement d’élevage intercommunal, à l’échelle du massif des Albères du nord, a été proposée en 2009, sans résultat, malgré un possible débouché économique. Historiquement élevées en semi-liberté, les vaches des Albères, actuellement concurrencées sur leur espace par les pratiques humaines influencées par le tourisme, interpellent la préfecture des Pyrénées-Orientales, qui cherche des solutions durables en ce début de mois d’octobre.