Langue

La SNCF a révélé ce lundi 25 mars sa future introduction sur le marché espagnol de la grande vitesse. Ce souhait effleuré depuis plusieurs années reviendra à concurrencer son équivalent espagnol, la RENFE. La société nationale française, déjà présente sur l’axe international Paris-Perpignan-Barcelone, a sollicité pour cela les services de la banque Rothschild, il y a plusieurs mois. La négociation est engagée avec les entreprises espagnoles Intermodalidad de Levante SA (ILSA), filiale de la compagnie Air Nostrum, et Acciona, afin de lancer un service de TGV à capitaux privés. Cette concurrence devrait s’exercer dès 2021, lorsque la RENFE perdra son monopole sur un marché également visé par l’opérateur allemand Deutsche Bahn ainsi que les opérateurs italiens NTV et Trenitalia.

Des AVE 40% moins chers dès janvier 2020

Par anticipation stratégique, la RENFE devrait lancer en janvier 2020 une formule AVE low cost, 40% moins chère que son offre standard. Parallèlement, l’Etat espagnol a autorisé en septembre 2018 les opérateurs Acciona et ILSA à mettre en place une LGV Madrid-Saragosse-Barcelone-Montpellier. Ce service, encore inopérant, est rendu possible par la libéralisation des connexion internationales au sein de l’Union européenne.

Partager