Langue

La tendance à la baisse des prix de l’immobilier à Perpignan, évaluée, en fin de semaine dernière, jusqu’à 20% dans certains quartiers, est également observée en territoire espagnol, pour un même volume de 20% depuis le début de l’année, selon les dernières données réunies par l’Association Professionnelle des Experts Immobiliers (APEI) espagnole, qui federa 900 agences. Les prix sur le marché du neuf et de l’ancien, qui ont reculé exactement de 13% à 20% depuis janvier 2009, accusent même une baisse de 30% si l’on y ajoute le fléchissement amorcé en 2007, avant le déclenchement de le crise économique. Cette situation favorise les opportunités d’acquisitions de résidences secondaires, et, plus généralement, tend à réactiver les activités d’achat et de vente de biens, dans une fourchette de 5% supplémentaires en comparaison avec 2008. En termes de contrastes régionaux, pour la région de Madrid, l’APEI indique que les prix ont parfois reculé de 25% cette année, tandis que la baisse se limite au maximum à 8% au Pays Basque du sud. En Andalousie, le ville de Séville constitue un cas à part, en affichant des prix quasi-inchangés.

Partager