Langue
La Clau
Les patrons de Perpignan, « vaches à lait », avertissent le sénateur Alduy et le député Mach
Langue

Les effets de l’application à Perpignan de la Taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE) n’en finissent pas d’émouvoir le patronat. Dernier avatar, plus de 20 représentants du monde économique des Pyrénées-Orientales, délégués de la Chambre de Commerce et d’Industrie, la Chambre de Métiers et la chambre d’agriculture, syndicats et associations à vocation économique, ont invité les six parlementaires du territoire, ce lundi, au siège perpignanais de l’Union Patronale (UP66). En réalité, seuls le sénateur Parti Radical-UMP Jean-Paul Alduy et le député Daniel Mach ont honoré cette rencontre de sensibilisation des grands élus sur les « conséquences de leurs votes sur les finances des entreprises », d’après l’UP66, dans une opposition persistante à une taxe qui concerne 500 entreprises de Perpignan, disposant d’une ou plusieurs enseignes publicitaires d’une surface supérieure à 7m2. Considérant que les entreprises sont prises, sous des prétextes environnementaux, pour des « vaches à lait », les décideurs ont également abordé le problème de la Taxe Professionnelle, et son remplacement par la Contribution Economique Territoriale, un « exemple type de la transformation d’une taxe et non de sa disparition ».

Partager