Langue

Avec le terrible slogan « Sans solution, ce sera la guerre, guerre, guerre, guerre » et des pétarades, la tension monte à Barcelone où 2200 employés de Nissan se sont manifestés ce matin. La mobilisation, bloquant l’avenue des Corts Catalanes, qui traverse une partie de la ville, a pris son départ de la Place d’Espagne, était organisée contre la suppression de 1680 emplois de Nissan à Barcelone, soit 40% du personnel, à l’issue d’une première phase de 1288 licenciements d’ici la fin de l’année puis 392 autres en septembre 2009. Selon Fumiaki Matsumoto, représentant de la firme en Espagne, Nissan propose des préretraites à 55 an et des réaffectations dans d’autres usines en l’Espagne et en Europe. Le plan en cours, d’une gravité extrême, a pour but de maintenir la compétitivité de l’entreprise japonaise en Catalogne Sud. La protestation d’aujourd’hui fait suite à une première opération qui a rassemblé hier 1.500 employés, coupant le boulevard périphérique littoral de Barcelone et provoquant de graves perturbations de circulation. Les syndicats, dont une délégation a été reçue par le Ministère du Travail catalan, annoncent des mobilisations quotidiennes, dont la prochaine, demain mercredi aux portes du Parlement de Catalogne.

Partager

Icona de pantalla completa