Langue

Le groupe Pernod Ricard a fait savoir le 28 août qu’il supprimera 900 emplois dans le monde, dont une centaine en France. Mais le site de production de Thuir, en Roussillon, où sa filiale Cusenier fabrique du Byrrh, de la Suze, du Dubonnet, du Cinzano et de l’Ambassadeur, ne sera pas concerné par ce plan social. Depuis le siège national, à Créteil, la directrice de la communication du groupe, Judith Matharan, nous certifiait vendredi 29 août que la vague de départs ne concernera « ni les usines ni la force de vente ». Pernod Ricard, dont les sites de production français sont situés à Cubzac-les-Ponts, en Gironde, à Marseille et à Thuir, ne vise que les « fonctions supports », correspondant à certains services administratifs, selon Mme Matharan. Les caves de Thuir sont même un « site en croissance », auquel « nous tenons beaucoup », assurait-elle.

Pernod Ricard, qui emploie 19.000 personnes dans le monde, dont 2.800 en France, est le numéro deux mondial des spriritueux. La politique de réduction de personnes engagée au sein du groupe est la conséquence d’un recul sur le marché chinois. Le directeur général, Pierre Pringuet, souhaite « retrouver des marges de croissance dans un contexte difficile ».

Partager