Langue

Les défaillances d’entreprises ont été moins importantes en 2020, par rapport à 2019, selon une étude menée par le groupe Altares. Ces faillites d’activités ont reculé de 42 % en Pays Catalan, 41 % dans l’Aude, 23 % dans l’Ariège et 39,5% en Haute-Garonne (région toulousaine). Les raisons de cette résistance à l’adversité économique, sous l’effet du Covid, semblent liées aux dispositifs publics. “Les mesures prises au printemps 2020 pour aider les entreprises à tenir (notamment le gel de la date des cessations de paiement dès la mi-mars) ainsi que le nouveau plan de mesures déployé avant l’été (Fonds de solidarité, Prêt Garanti par l’État, exonération ou report de cotisations, activité partielle), ont permis de protéger les entreprises de la faillite”, affirme Antares.

L’État à la rescousse, mais après ?

Globalement, le niveau atteint en 2020 n’avais pas été observé depuis les années 1980. Cette tendance souligne néanmoins la dépendance des entreprises aux décisions gouvernementales en matière d’accompagnement. A titre de comparaison, ces faillites se repliées de 38,6 % sur le territoire national. Thierry Millon, directeur des études chez Altares, estime que “l’engagement du ‘quoi qu’il en coûte’ pris par le Président de la république en mars dernier a évité que la violente crise économique ne vienne noircir les registres des tribunaux de longues listes de faillites” en raison du coronavirus.

Partager