Langue

La société de transports privée Frogbus, qui couvre depuis 2007 la liaison Perpignan-aéroport de Girona, compte « contourner la grève » de la SNCF, lancée ce mardi soir. Dans un style à faire pâlir les plus fervents défenseurs du service public à la française, l’autocariste low-cost, dont le pragmatisme économique reste une exception dans les Pyrénées-Orientales, annonce « Pas de grève ici » et s’approprie la mission de service au public. Pour cela, sa direction, qui souhaite « aider » les usagers du train vers la Catalogne du Sud, aligne ses prix sur ceux du réseau d’autocars du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, en bradant à 1 euro l’aller simple sur sa ligne Perpignan-Le Boulou-Aéroport de Girona. Pour le Britannique Alistair Whatmore, cofondateur de Frogbus, « Il est frustrant de ne pas pouvoir se déplacer quand et où l’on veut (…) les voyageurs se sentent comme les otages des enjeux politiques ». Ainsi, ce mercredi, cinq départs Frogbus sont programmés de la gare SNCF de Perpignan, dans une « solution plus pratique et moins chère que le train, même lorsque les cheminots ne font pas grève ». Une opération commerciale qui met au jour le décalage entre le libéralisme anglo-saxon et le fonctionnement hexagonal, aux limites du politiquement correct.

Partager