Langue

La Ligne à Grande Vitesse entre Perpignan et Barcelone, évènement de la décennie pour les Pyrénées-Orientales, fonctionnera bien en avril 2013. Confirmant l’information annoncée le 10 octobre par François Hollande et le premier ministre espagnol Mariano Rajoy, la ministre espagnole des Travaux publics, Ana Pastor, en déplacement à Lloret de mar, le 22 novembre, a confirmé cette même échéance et dévoilé des données précieuses. La ministre a indiqué pour chaque sens de circulation la mise en place de huit TGV, dès le mois de janvier, reliant « Madrid et Saragosse » à Girona et Figueres, dont deux disposant d’une continuité jusqu’à Perpignan à compter du mois d’avril. De janvier à avril, une correspondance s’imposera dans la capitale de l’Empordà, tandis que Girona, actuellement dépourvue, recevra le TGV dès janvier. Les deux fréquences Perpignan-Figueres en place depuis fin 2010, soit quatre liaisons au total, aux horaires inconfortables, seront maintenues, mais l’exploitation du réseau pourrait négliger l’international.

Perpignan-Barcelone, plus long que prévu

Les données de temps fournies par Mme Pastor font état de 55 minutes nécessaires au parcours Figueres-Barcelone et 40 minutes pour Girona-Barcelone. Cette affirmation technique laisse déduire, par ajout des 23 minutes de l’actuel Perpignan-Figueres, un temps total de 1h18 pour le Perpignan-Barcelone, sans ajout d’éventuelles pauses. En temps stricts, Perpignan et Girona seraient séparées de 38 minutes, Perpignan-Madrid représenterait 4h43 et Perpignan-Saragosse atteindrait 3h10. D’autre part, des abonnements et tarifs réduits sont prévus sur le tronçon international, conçu de Perpignan à Girona, mais le prix reste inconnu.

Partager

Icona de pantalla completa