Langue

De passage en Catalogne le 9 juillet, la ministre espagnole de l’Aménagement, Ana María Pastor, a précisé deux échéances concernant la mise en service du TGV Perpignan-Barcelone. En premier lieu, les travaux nécessaires au fonctionnement de la ligne seront intégralement terminés à la fin de l’année, sur l’ensemble du parcours. Mais au delà de cette étape, qui concerne les rails, les caténaires et les systèmes d’électrification, « il faura encore finaliser la gare de Girona et valider techniquement le passage des trains », selon la ministre. En 2011, dans le contexte des rectrictions budgétaires espagnoles, le projet de gare TGV de Girona a été mis à l’écart, avant d’être réactivé sous la pression des autorités économiques et politiques territoriales. Selon la ministre, plusieurs offres d’aménagement sont en cours de sélection pour ce chantier, dont l’autorisation administrative sera effectuée avant la fin du mois de juillet.

Fin du premier trimestre 2013

Plus au Sud, les abords de Barcelone sont concernés par l’ultime chantier prévu sur cette même ligne. Le 22 juin, le Conseil des ministres espagnol a ainsi validé la réalisation d’une portion très courte, de seulement 722 mètres de voies situées entre la ville de Montcada i Reixach et le « Noeud de la Trinitat », principal point d’entrée dans la capitale catalane. Ces travaux complexes, d’un coût de 13 millions d’euros, seront ainsi achevés à l’échéance de l’année. La prise en compte de ces différents paramètres a permis à la ministre d’annoncer l’ouverture de l’axe « Barcelone-Frontière française« , dans la vision de l’Etat espagnol, pour la « fin du premier trimestre 2013 », c’est à dire probablement début avril.

Partager

Icona de pantalla completa