Langue

Dans l’attente de chiffres définitifs communiqués par la SNCF, son homologue espagnole, la RENFE, a livré ce vendredi les premières grandes tendances officielles au sujet de la fréquentation de la Ligne à Grande Vitesse Barcelone-Perpignan-Paris. A l’issue de ses deux premiers mois d’exercice, cette liaison, lancée le 19 décembre 2010, présente un bilan très moyen en matière de flux, faute de connexion à vitesse optimale entre la gare de Figueres-Vilafant et Barcelone. Utilisée par un total de 23.243 passagers, la ligne a été sollicitée à hauteur de 28% pour des voyages Barcelone-Montpellier, soit 4348 voyageurs. La capitale du Languedoc est ainsi à l’heure actuelle la première destination des voyageurs partis de la capitale catalane, suivie de Paris, qui en a reçu 4199. Enfin, les Barcelonais souhaitant descendre à Perpignan ont été comptabilisés au nombre de 3749, tandis que la ville de Narbonne a constitué la dernière destination en matière de volume, avec un total de 1949 voyageurs.

Selon un autre critère, qui tient compte des passagers montés à Figueres, également vers le Nord, la ville la plus demandée est Paris, à hauteur de 2111 billets, suivie de Montpellier, avec 2039 voyageurs, puis Perpignan, qui a reçu seulement 1820 personnes lors de cette toute première période. Ce bilan de la RENFE indique en conclusion un chiffre assez faible concernant les passagers au départ de la gare de Girona, non reliée au TGV, qui ont bien emprunté le TGV, mais seulement après être parvenus en train traditionnel jusqu’à Figueres-Vilafant. Ceux-ci sont au nombre de 967. Courant 2013, les chiffres de fréquentation consécutifs à l’entrée en service de la liaison Barcelone-Girona, dont les travaux avancent désormais à très bon rythme, devraient fournir une indication précieuse au sujet du positionnement de Perpignan, au bord d’une ligne qui donnera davantage de sa dimension. Les flux améliorés qui en découleront naturellement pourraient cependant illustrer une même hiérarchie des villes de destination dans la préférence des consommateurs.

Partager