Langue

A partir du 1er octobre, le prix du tabac augmente de 6,5 % en moyenne en territoire français, soit une majoration des tarifs de 40 centimes par paquet de 20 cigarettes. Le prix unitaire avoisine ainsi 6,10 euros pour les marques les moins chères et 6,60 euros pour les plus chères. Cette augmentation, la plus forte depuis les années 2003 et 2004, suppose un différentiel de 35,6 % pour un paquet identique acheté à Perpignan ou à Figueres, à Collioure ou à Portbou. En effet, le prix de vente pratiqué en territoire espagnol est actuellement fixé à 4,25 euros pour la référence la plus célèbre. Parallèlement, le déphasage tarifaire concernant les tabacs à rouler, dont l’attrait a augmenté au cours des 10 dernières années, approche les 40 %.

En Corse, les cigarettes coûtent 25 % moins cher

Cette hausse, qui doit rapporter un milliard d’euros supplémentaire à l’Etat, place les autorités des territoires frontaliers dans l’embarras, car les débitants de tabac qui réussissent à pérenniser leur activité font face à une concurrence commerciale qui en menace l’intérêt. Sans solution immédiate, ce décalage des prix, qui profite aux consommateurs nord-catalans grâce au principe des circuits courts, pourrait justifier une considération particulière, la République française abritant comprend en son sein le modèle corse. Fondé sur un statut fiscal dérogatoire régi par une loi reformulée en 1994, ce principe permet une tarification du tabac inférieure de 25 % entre Ajaccio et Nice. Par ailleurs, la France fait figure d’exception au sein de l’Union européenne, où la principale marque de cigarettes est commercialisée au prix de 4,40 euros au Luxembourg, 4,90 euros en Italie, 5,05 euros en Belgique et 5,16 euros en Allemagne.

Partager