Langue

La sexualité couplée à la technologie produit une nouveauté, présentée le 13 septembre à Girona. Un duo de jouets érotiques baptisé « Klic-Klic« , conçu par une entreprise de la ville, Dikeseko, suscite déjà un fort intérêt, car il permet de maintenir des rapports sexuels à distance. Ce procédé à composants électroniques, qui, selon ses concepteurs, doit révolutionner le marché international, fonctionne en configuration individuelle ou à deux, via Internet et par bluetooth. Deux prototypes dévoilés au public ont démontré leurs vertus, séparément et coordonnés. Ces deux systèmes, un étui de masturbation réservé aux hommes et un sextoy pénétrant, pour femmes et homosexuels, permettent une stimulation réaliste. Les partenaires sont en mesure d’agir l’un sur l’autre, notamment à distance, dans ce qui constitue une évolution mais surtout une recherche de succès économique.

L’ingénierie, le design et la maîtrise du produit sont locaux

Cette réalisation coquine, dont le design a été développé à Banyoles, Girona assumant la stratégie et la commercialisation, est un sérieux pari d’entreprise. Sur un investissement initial de 300.000 euros, le principe Recherche et Développement (R+D) lui a été appliqué depuis 2009, notamment par l’apport d’une sexologue et de plusieurs experts, mobilisés pour obtenir deux objets irréprochables en matière de sensibilité, de vibrations et de connectivité. L’ensemble fait l’objet d’un brevet, tandis que la fabrication est confiée à la Chine, par souci de réduction des coûts, pour un prix de vente situé entre 150 et 160 euros. La distribution à l’international, aux USA, en Italie, en Allemagne et au Japon, commencera début 2013. Klic-Klic est le fruit d’une équipe comprenant un avocat gironais, Òscar Martí, un ingénieur de cette même ville, Ivan Domènech, le designer Andreu Carulla, de Banyoles, et le réalisateur de cinéma pour adultes Narcís Bosch, initiateur de l’ensemble.

Partager