Langue

L’augmentation forte et brutale des prix des carburants, en lien avec la guerre en Ukraine, encourage une débrouillardise parfaitement légale. Le seuil extraordinaire des 2 euros le litre de Sans plomb et de gasoil a été franchi ce mois de mars en territoire français, sous l’effet de l’inflation internationale combinée à la fiscalité hexagonale, particulièrement gourmande. En réaction, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé ce samedi 12 mars une remise de 15 centimes par litre de carburant acheté à partir du 1er avril. Cette mesure doit occasionner une économie de 9 euros pour un plein de 60 litres, dont le prix est proche de 126 euros. La réduction de coût est appréciable, mais elle reste inférieure aux possibilités eurocatalanes.

Les prix les plus bas ne sont pas à la Jonquera

Parmi les stations sud-catalanes les plus proches de Catalogne du Nord, celles de La Jonquera, Portbou et Puigcerdà sont habituellement prisées, mais les prix les plus attractifs sont proposés un peu plus loin. Dans la région de l’Empordà, c’est au Port de la Selva, après Portbou (près de Roses et Cadaqués) que l’essence Sans Plomb 95 est actuellement la moins chère : le litre y est commercialisé au prix de 1,469 euro par la station Cepsa, contre 1,479 euro par la station Galp de la Plaça de Salt, à Girona. Pour le gasoil, cette dernière adresse propose le prix le plus attractif de la région, soit 1,379, contre 1,508 euros chez Aneu Oil, dans la commune de Begur, et 1,619 chez Cepsa au Port de la Selva. Malgré ces disparités internes, la politique tarifaire de la région administrative de Girona reste un avantage pour les citoyens français.

Les carburants viennent du même endroit

En comparaison, la station de Carrefour Market de Laroque des Albères, la moins chère des Pyrénées-Orientales sur plusieurs années, affiche au 13 mars 2022 les prix de 1,909 euro pour le gasoil (44 centimes de plus que Cepsa Port de La Selva) et 2,050 pour le Sans Plomb 95 (soit un avantage de 58 centimes). Cet important décalage est encore plus important lorsqu’on choisit comme valeur française les prix pratiqués à Canet, Perpignan, Prades ou Saint-Laurent de la Salanque. Il dépasse largement la future ristourne gouvernementale de 15 centimes tout en signalant la persistance de stratégies de taxation radicalement différentes entre la France et l’Espagne, bien que les sociétés de vente de carburants puisent à la même source.

Partager