Langue

L’émirat du Qatar a investi 428 millions d’euros en Catalogne depuis 2011 et figure parmi les principaux pays investisseurs dans ce territoire, selon un calcul établi par le journaliste barcelonais Món Sanromà. Le fonds d’investissement Qatar Foundation s’assure une présence sur les maillots du Football Club Barcelone, tandis que d’autres émetteurs de dividendes qatari ont acquis les hôtels Vela et Renaissance de Barcelone. A Tarragone, des fonds qatari ont pris possession du site international Port Marina Tarraco. Au delà, la société Iberdrola, fondée au Pays Basque espagnol et spécialisée dans la production d’énergie, a pour actionnaires majoritaires des fonds du pays arabe. Celui-ci fournit de fet la Catalogne en électricité grâce au parc de centrales nucléaires et thermiques d’Iberdrola situé dans les provinces de Tarragone et Castelló de la plana. Parallèlement, la manne qatari, cette fois-ci gérée depuis Londres, assure actuellement la construction de l’immense complexe hôtelier Park Hyatt de Canyamel, sur l’île de Mallorca, pour une valeur estimée à 250 millions d’euros. L’ouverture de ce site, en 2015, promet d’attirer le gotha mondial d’autres investisseurs.

Un business géant, dans les mains de l’émir Al-Thani

L’intégralité des financements injectés en Catalogne sont issus de la famille de l’émir Hamad bin Khalifa Al Thani, dont le fonds souverain, le neuvième du monde dans l’actualité, représente 170 millions de millions de dollars. Modeste en comparaison à la manne, mais remarquable en Catalogne, l’investissement du Qatar devrait y atteindre 600 millions d’euros en 2016, dans un appétit strictement financier. Les émissaires de l’émir, principalement présents dans la région de Barcelone, s’emploient à identifier les réalisations porteuses en matière d’attractivité commerciale et touristique. Les différentes sociétés Qatari Diar, spécialisée dans l’immobilier, Qatar Holding, penchée sur l’énergie et le commerce, Qatar Sports Investments, illustré dans le rapprochement avec le Barça et l’achat du Paris Saint-Germain, tout comme la branche militaire Qatar Armed Forces Investment, composent cet arsenal financier. Dans la plupart des cas, les opérations qatari en Catalogne sont secrètes et échappent à tout débat public, relève Món Sanromà, auteur d’un reportage complet, publié le 27 avril par la société de journalistes Grup Barnils.

200 millions d’euros pour l’Hôtel W Barcelona

En juin 2013, l’émirat du Qatar, par l’intermédiaire de Qatari Diar, a acquis le W BArcelona, établissement de prestige Surnommé Hôtel Vela (La Voile) en raison d’une architecture hors du commun, imaginée par l’architecte catalan Ricardo Bofill. Le montant de cette opération s’est élevé à 200 millions d’euros, pour un rachat inédit qui a exigé l’aval de l’Autorité Portuaire de Barcelone, jusqu’alors propriétaire du terrain. Cet hôtel a été le premier de la marque W du groupe hôtelier américain Starwood Hotels & Resort à ouvrir ses portes en Europe occidentale, en octobre 2009. Ce fait singulier résume à lui seul une gourmandise financière, historique en Catalogne, à laquelle s’ajoutent les 64 millions d’euros mobilisés pour la prise du Port Marina Tarraco. L’entreprise Marina Barcelona 92 n’assure plus que 5 % du capital de cet espace réservé aux yachts de luxe.

Partager

Icona de pantalla completa