Langue

Dans sa volonté de combler son déficit public, l’État espagnol n’a pas démontré, depuis le déclenchement de la crise, de prédispositions à une quelconque hausse de la fiscalité. Mais à l’approche des élections « générales » du pays, prévues le 20 novembre, l’exécutif mené par le socialiste José Luis Rodríguez Zapatero, promis à l’échec, prévoit une augmentation de la fiscalité indirecte. Le tabac est concerné au premier chef, dans des répercussions qui devraient satisfaire modérément les 172 débitants de tabac des Pyrénées-Orientales, confrontés à une augmentation de leurs prix évalué à 12% dans les 12 mois qui viennent. Face à cette forte hypothèse de hausse imposée, déjà annoncée par les marchés, le géant américain Philip Morris vient de réagir en rehaussant de 2( centimes le prix de ses paquets de marques Marlboro L&M, et même de 30 centimes pour la marque Chesterfield.

Cette mesure, entrée en vigueur le 1er septembre, situe le prix de 20 cigarettes de la première référence citée à 4,25 euros. Philip Morris est actuellement le premier opérateur du marché espagnol, suivi d’Imperial Tobacco, qui fabrique les cigarettes de marques JPS, Fortuna et Ducados via sa filiale Altadis, ainsi que les tabacs à rouler Drum et Golden Virginia. Au début de l’été, cette société multinationale a déjà appliqué une augmentation de 20 à 30 centimes sur ses produits principaux, suivie de Philip Morris, à hauteur de 15 à 25 centimes.

Dans ce même mouvement de concurrences et de stratégies de gain de temps, l’opérateur Japan Tobacco International a appliqué une hausse de 15 centimes sur ses cigarettes Camel, et de 20 centimes sur les Winston, qui coûtent ainsi 3,70 euros en territoire espagnol. En outre, une hausse de 10 à 15 centimes a été appliquée en juillet par British American Tobacco, sur ses marques Dunhill, Lucky Strike et Pall Mall. L’ensemble des sociétés placées sur le marché ont ainsi sensiblement augmenté leurs prix, afin de s’aligner déjà sur les prérogatives, encore officieuses, de la Commission espagnole pour le Marché des Tabacs.

Partager