Langue

Le spectre de la crise pétrolière de 2008, lorsque les prix s’étaient envolé dans l’ensemble de l’Union Européenne, a refait surface ce jeudi en territoire espagnol. Le prix du super a atteint son record historique, en affichant 1,285 euros le litre, soit une augmentation de 1,6% par rapport à la semaine dernière, et de 2,3% par rapport au début de ce mois de janvier. Compte tenu de ce tarif, remplir son réservoir d’essence sans plomb, pour un véhicule disposant d’une capacité moyenne de 50 litres, revient désormais à 64,25 euros. D’autre part, le prix du gasoil a progressé de 1,9%, pour atteindre 1,217 euros le litre. Ce carburant a ainsi égale le niveau auquel il avait accédé au mois d’août 2008. En dépit de ces hausses inquiétantes pour les consommateurs, le prix du pétrole a baissé par rapport à la semaine dernière, bien que les prix observés cette fin de semaine soient comparables à ceux de l’été 2008, lorsque l’or noir avaient affiché un maximum historique de 147 euros le baril. Dans cette valse de données, les observateurs ne manquent pas de relever, cependant, que le baril de pétrole coûtait 35% moins cher il y a deux ans. Cette évolution subite, qui tend à réduire une nouvelle fois le différentiel de prix entre Perpignan et La Jonquera, ou Saillagouse et Puigcerdà, s’inscrit dans une conjoncture générale d’augmentations de la fiscalité espagnole appliquée aux hydrocarbures. Toute hausses confondues, le prix des carburants a fait un bond de 18% lors des 12 derniers mois en Espagne, soit, une augmentation nette de de 9 euros par plein de super. D’autre part, le prix des carburants est habituellement plus élevé en Catalogne du Sud que dans les autres territoires espagnols.

Partager