Langue

Le site logistique de Vilamalla, imaginé depuis la fin du siècle dernier à proximité de Figueres, effectue une avancée. Le 7 mai, l’organisme public gestionnaire des parcs logistiques de Catalogne, Cimalsa, a signé un partenariat avec le secteur privé. Cette accord concerne la société barcelonaise Tradisa, spécialisée dans le transport et la logistique des véhicules et des hydrocarbures. Un deuxième intervenant est l’Allemand Mosolf, autre opérateur logistique, positionné sur le transport routier, doté de 800 poids-lourds spéciaux circulant dans toute l’Europe. Par cet accord stratégique, Cimalsa nous signale souhaite «lancer le hub de Vilamalla», c’est-à-dire faire fonctionner enfin la plateforme intermodale de marchandises du Nord de la Catalogne du Sud, dite «Terminal Intermodal de l’Empordà». Ce site est porté par une société anonyme du même nom, composée de Cimalsa et de l’Autorité Portuaire de Barcelone.

«Renforcer la perméabilité de la frontière franco-espagnole»

Après la validation administrative du projet, en mars 2013, l’alliance nouée entre Cimalsa, Tradisa et Mosolf semble devoir modifier positivement le calendrier du site, en accélérant les opérations. Selon Cimalsa, ce terminal étendu sur les communes de Vilamalla et el Far d’Empordà doit «favoriser le transport de marchandises par train» et «renforcer la perméabilité de la frontière franco-espagnole pour ce type de marchandises». A ce titre, le ministre du Développement espagnol (Fomento) a inscrit ce projet sur son «Plan stratégique de dynamisation du transport ferroviaire de marchandises». La question d’une éventuelle concurrence envers le Marché International Saint-Charles de Perpignan a été largement abordée en Roussillon, ou la nouvelle étape amorcée le 7 mai est déjà scrutée par les professionnels.

Partager

Icona de pantalla completa