Langue

La hausse de 6% du prix du tabac en France, rendue probable par le ministre du Budget, Eric Woerth, déclarant ce lundi que l’Etat sera « obligé de valider » pour le mois d’octobre l’augmentation demandée par les fabricants, devrait enfoncer davantage la profession de débitant de tabac dans les Pyrénées-Orientales et favoriser l’hémorragie permanente de clientèle. En l’absence de fiscalité spécifique, le territoire, où 25% des buralistes ont plié boutique entre 2003 et 2009, affronte les effets pervers des avancées européennes, avec pour conséquence majeure l’avènement de la ville-supermarché de La Jonquera. Dans ce panorama concurrentiel, complété par la Basse-Cerdagne, autour de Puigcerdà, et par l’Andorre, le prochain différentiel tarifaire, compte tenu d’un prix de vente moyen du paquet de cigarettes français à 5,60 euros, soit 30 centimes supplémentaires, devrait atteindre jusqu’à 78%. En effet, le Ministère espagnol de l’Economie fixe actuellement à 3,15 euros le prix d’un paquet de Peter Stuyvesant ou de Lucky Strike et à 3,60 euros le paquet de Marlboro classique. En France, où le prix du tabac n’a pas été augmenté depuis 2007, le volume du marché lié a chuté de 30% depuis 2003, tandis que le marché noir accapare 20% du marché officiel.

Partager