Langue

Pour le deuxième mois consécutif, le taux de chômage en reculé au mois d’avril en Catalogne du Sud, pour atteindre 656.995 demandeurs d’emploi déclarés, correspondant à une réduction de 1,06 %. Cependant, la revue détaillée des chiffres communiqués le 6 mai par le ministère espagnol du Travail révèle que seuls 64 % des chômeurs sud-catalans perçoivent des indemnités. Cette proportion est composée de 33,61 % de sans-emploi recevant une prestation ordinaire, 26,48 % ayant droit à des allocations de fins de droits et 3,93 % bénéficiant du Revenu Minimal d’Insertion (RMI), comparable au Revenu de Solidarité Active français. En chiffres absolus, le nombre de chômeurs de fait s’élevait à 902.300 personnes, soit 24,53 % parmi la population active, mais 245.305 d’entre eux ne percevaient aucune aide de l’Etat. De la sorte, la charge supportée par l’Etat n’incluait pas l’intégralité du pourcentage annoncé.

En Pays Catalan, un chômage réel explosif par ajout du RSA

Si la lecture du chômage espagnol, selon les critères français, se heurte à la gestion des sans-emploi sans aides publiques, une lecture espagnole du taux de chômage français produirait des résultats inquiétants dans les Pyrénées-Orientales, où le taux du mois de mars 2013 atteint 15,3 %. Le chômage considéré en France comme une situation sujette à la solidarité de l’Etat comporterait à Girona ou Barcelone l’imbrication des bénéficiaires du RSA, au nombre de 48.000 en 2011 en Pays Catalan. Cependant, ce parallèle trouve ses limites au regard du salaire moyen et de la stabilité des emplois, plus appréciables au Nord du massif des Albères.

Partager

Icona de pantalla completa