Langue

Malgré une amélioration en milieu d’année, la cruelle réalité des chiffres a révélé un taux de chômage en progression, pour l’année 2010, sur l’ensemble de l’Espagne. Les données définitives publiées ce vendredi par l’Institut National de la Statistique espagnol (INE) font état de 121.900 sans-emplois supplémentaires lors du dernier trimestre 2010, soit un total de 4.696.600 demandeurs. L’ensemble des 17 communautés autonomes espagnoles affichent ainsi 20,33%, soit le niveau le plus élevé depuis 1997, lorsque le chômage avait atteint 20,72% de la population active. Par ailleurs, la dernière étude démontre l’existence de 1.328.000 familles espagnoles dont l’ensemble des membres sont privés de travail, dans des conséquences psychosociales prévisibles. En meilleure posture, la Catalogne du Sud présentait à la fin de l’année dernière un bilan de 43.700 demandeurs d’emplois de plus qu’en 2009, pour un taux général de 17,3%, soit 686.800 personnes. Là aussi, au printemps dernier, s’est présentée une éclaircie économique, manifestée par une reprise de l’activité productive et des exportations, accompagnés par une saison touristique relativement réussie. Mais la fin de l’année à effacé ces timides signes de relance, pour un retour aux chiffres du début de l’année, légèrement augmentés.

Pour la province de Girona et ses 750.000 habitants, le bilan de l’année 2010 présente une augmentation de 17.700 demandeurs sur la période d’octobre à décembre 2010, et un gros solde final de 19,17%. Cette donnée, en contraste avec une belle amélioration des exportations de la province, de 11,6% sur l’ensemble de l’année par rapport à 2009, s’ajoute à un autre paradoxe. Car l’INE souligne, en termes généraux, que le secteur de l’industrie reste un moteur de l’activité économique de Girona et de son maillage de villes, tout comme de l’ensemble de la Catalogne du Sud. L’ensemble du territoire constitue en effet la seule communauté autonome où la création d’emplois, bien qu’en grande souffrance, est une réalité. En revanche, la chute du secteur du BTP, notoire depuis le déclenchement de la crise, en 2008, se poursuit dans l’actualité. Fin 2010, 3,1 millions de sud-Catalans exerçaient une activité professionnelle, pour un total de 7,5 millions d’habitants, tandis que l’inactivité concernait 19,23% des hommes et 16,49% des femmes parmi les actifs.

Partager