Langue

Ce mardi, le président du patronat catalan, Joan Rosell, a accédé à la presidence de la Confédération Espagnole des Organisations d’Entreprises (CEOE). M. Rosell a remporté 62,5% des voix face au président de la Confédération d’Entreprises d’Andalousie, Santiago Herrero. Pour la deuxième fois, le poste de président de la CEOE est ainsi un Catalan, à l’image des premières années de cette puissante organisation lancée en 1977 au lendemain du régime de Franco par l’économiste Carles Ferrer Salat, également catalan, qui l’a fondée et présidée. Le nouveau président, qui affiche une volonté de restructuration du patronat espagnol, en vue de réformer davantage l’économie espagnole, rencontrera dans les prochains jours le président socialiste du gouvernement espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero, ainsi que l’ensemble des partis politiques et syndicats. Dans sa première déclaration publique ultérieure à son élection, le nouveau leader de l’économie espagnole, en grand besoin de remise à flot, a manifesté son intention de mettre l’Etat espagnol au « régime », car, selon lui, la « graisse » accumulée est devenue « encombrante ». Le Barcelona, âgé de 53 ans, a également exprimé l’exigence d’un Etat moins important, mais « plus efficace », qu’il compte influencer ouvertement et inciter à adopter des mesures de restructuration expérimentées dans les différents secteurs de l’économie. En ce sens, le « patron des patrons » espagnols, en poste pour quatre ans, estime que les dirigeants d’entreprises se doivent tout autant multiplier leurs relations avec les syndicats que convaincre la classe politique que les réformes sont le « meilleur remède » pour l’avenir du pays.

Partager

Icona de pantalla completa