Langue

Le projet de construction d’un troisième quai au port de Port-Vendres a été relancé le 7 octobre à Perpignan par le Conseil général des Pyrénées-Orientale, porteur de ce dossier depuis 2006. Déjà, en juin 2011, l’institution territoriale avait mené à bien une première réactivation administrative, après avoir essuyé en février 2011 le refus du Tribunal administratif de Montpellier, au motif d’une étude d’impact, notamment sonore et environnemental, trop succincte. La nouvelle impulsion donnée par l’exécutif d’Hermeline Malherbe comporte en 2014 une phase de concertation, jalonnée de réunions publiques, de mise à disposition d’informations précises, de l’ouverture d’un registre public et d’un site Internet permettant à chacun d’en savoir davantage.

Un plus pour le trafic en provenance du Maroc

L’infrastructure envisagée, qui portera le nom de « Quai Dezoum » et non pas celui de « Quai des tamarins », comme prévu initialement, coûtera 30 millions d’euros. Elle permettra d’accueillir à Port-Vendres davantage de navires, transportant des agrumes marocains. Ces marchandises rejoindront le Marché International Saint-Charles de Perpignan, dont les volumes reçus dépendent de la route à 70 %, le reste étant dévolu au transport maritime.

Partager