Langue

La ligne de ferroutage Barcelone-Bettenbourg (Luxembourg), qui avait été lancée avec succès en février 2019 pour acheminer des marchandises, produites ou simplement arrivées en Catalogne, vers le Nord de l’Europe, reprendra du service ce mois d’avril. Cette liaison de fret entre deux terminaux intermodaux sera assurée par l’opérateur ferroviaire VIIA, filiale de la SNCF, via une sous-traitance confiée à la société Captrain. Le nombre de voyages attendus est de 6 par semaine, aller-retour, soit 12 convois qui vont traverser notamment la plaine du Roussillon. Un arrêt est prévu au Marché International Saint-Charles de Perpignan, où une charge supplémentaire sera embarquée afin d’optimiser la capacité des convois. La durée intégrale du voyage sera de 22 heures, pour une distance totale de 1219 km.

Des convois de 750 m

Ces trains emprunteront notamment le tunnel de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) du Perthus, une infrastructure en quête de rentabilité, soumise à des coûts de passage trop élevés. Tractés par une seule locomotive, pouvant s’étirer sur une longueur de 750 m, ils seront capables de convoyer jusqu’à 1800 tonnes de marchandises, soit 42 unités de transport. Techniquement, les convois qui seront transportés sont des remorques de poids-lourds dites “P400”, correspondant à la la norme la plus largement utilisée, des semi-remorques non accompagnées, des caisses mobiles ainsi que des conteneurs maritimes standard, issus des navires de marchandises. A Barcelone, ce service prendra son départ du terminal portuaire de Can Tunis, et empruntera un embranchement réservé aux marchandises, long de 18 km, avant de rejoindre la LGV, également utilisée par les TGV de voyageurs.

Produits chimiques et alimentaires

Cette autoroute ferroviaire est appelée à voir circuler tout type de marchandises industrielles, notamment des produits inscrits dans la chaîne du froid, des biens de charge générale et des produits chimiques. Cette ligne reliera la Catalogne au Luxembourg, tout en dispose de ramifications vers Anvers (Belgique), Kiel (Allemagne), Rostock (Allemagne ) et Poznán (Pologne). Cette ligne avait été suspendue en mars 2020 en raison de la baisse de la demande du marché, notamment la diminution de la production d’automobiles, comme conséquence médiatement du déclenchement de la crise sanitaire liée au Covid-19.

A l’origine, ce service de ferroutage avait pour avantage d’ôter 22 090 camions des autoroutes, notamment sur l’axe AP7-A9, sur un exercice d’un an. Cette démarche générale d’éco-responsabilité associée à la rentabilité, se veut compétitive et sécurisée. Sur l’axe Barcelone-Bettenbourg, elle devait éviter l’émission de plus de 23.000 tonnes de CO2.

Partager

Icona de pantalla completa