Langue

Le chaos aérien provoqué par l’éruption volcanique islandaise paralyse depuis vendredi l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes en raison de la suppression des vols de la compagnie Ryanair, vers la Grande Bretagne, et de la compagnie Air France, vers Paris. Cette panne aéronautique historique complique la situation de nombreux naufragés des airs, dont bon nombre de Britanniques, en rétention forcée, ce dimanche, dans l’aérogare. Cette situation, simultanée à une grève de la SNCF, occasionne un recours massif à la route et à l’autoroute pour les voyageurs les plus pressés, qui affrontent une quasi-pénurie de véhicules due à une sollicitation massive de véhicules, ce week-end en Roussillon. Par ailleurs, l’aéroport de Perpignan pourrait être choisi dans les prochaines heures pour le délestage de grands aéroports français et accueillir des vols internationaux prévus pour d’autres destinations. Ce dimanche, tous les personnels étaient présent et attendaient que la cellule de crise parisienne détermine le rôle de Perpignan-Rivesaltes pour ces vols de délestage, mais aucun n’était prévu à 17h. La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a confirmé que les aéroports du sud de la France, dont celui de Perpignan, resteront ouverts « au moins » jusqu’à mardi 8h00.

Partager

Icona de pantalla completa