Langue

Confronté à des difficultés budgétaires qui le conduiront à demander à l’Union européenne, le 9 juillet, un sauvetage de son secteur bancaire, le gouvernement espagnol prévoit une augmentation de la TVA. Cette mesure, partiellement dévoilée le 26 juin, portera à 18 % le taux actuel de 4 %, habituellement nommé « super-réduit » et celui de 8 %, nommé « réduit ». Le premier concerne les produits de consommation courante comme le pain, le lait, les oeufs, les légumes, le fromage, les livres et les médicaments. Le second taux est notamment déployé sur les produits touristiques, dont l’hôtellerie, et culturels, ainsi que le secteur alimentaire, exceptés certains produits de première nécessité. Cette mesure, exigée depuis plusieurs mois par le Fonds Monétaire International (FMI) et la Commission européenne, est en cours de définition par le ministère espagnol du Budget, Les exigences de Bruxelles invitent l’Espagne à faire abonder ses taux d’Impôt sur la Valeur Ajoutée (IVA) réduits vers le taux général de 18 %, appliqué à la plupart des produits.

Cette augmentation contredit les déclarations formulées début juin par le Président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, selon lequel son exécutif n’entendait pas procéder à une quelconque hausse. L’application de cette évolution fiscale sera parallèle à l’entrée en vigueur d’une loi contre la Fraude Fiscale, dont le projet a été approuvé le 22 juin par le Conseil des ministres.

Partager

Icona de pantalla completa