Langue

La ligne ferroviaire côtière France-Espagne, menacée par l’ouverture, en décembre prochain, de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) via Le Perthus-La Jonquera, pourrait connaître un destin positif. Ce vendredi, à Perpignan, le lobby économique FERRMED, défenseur de l’Axe Ferroviaire de marchandises Rhin-Rhône Méditerranée Occidentale auprès de l’Union Européenne, a demandé à l’Etat espagnol l’adaptation de cette ligne aux normes européennes à partir de Portbou, par l’ajout d’un troisième rail. Selon le secrétaire général de FERRMED, Joan Amorós, l’adaptation de cet axe inauguré en 1878 sera nécessaire dès 2018, car la LGV sera alors « saturée » par le trafic de voyageurs et de marchandises, dans une cadence majeure. Le lobby, jugeant que le rail absorbera en 2015 autour de 35 % des marchandises en transit par les Pyrénées méditerranéennes, s’oppose au ministère de l’Industrie espagnol, qui a repoussé il y quelques semaines toute nouvelle adaptation de tronçons ferroviaires espagnols à l’écartement de voies européen. Selon FERRMED, la meilleure solution serait de destiner le tronçon LGV Perpignan-Girona aux passagers, tout en réservant la voie ancienne aux marchandises. Le nœud Cerbère-Portbou de celle-ci, actuellement emprunté par 20 convois de marchandises journaliers, pourrait en connaître 200 dans 15 ans.

Partager