Langue

La disparition des frontières téléphoniques européennes, qui précède un grand espace comparable aux territoires nationaux, subit des retards. Le « roaming », itinérance téléphonique, est connu des professionnels et des vacanciers, dont les factures de portable, parfois élévées, sont le fruit d’appels passés ou reçus depuis l’étranger. Les discussions engagées entre les ministres européens chargés des télécoms avancent lentement, car certains pays, dont les Etats scandinaves et la France, hésitent à se séparer de la manne occasionnée par les frais d’itinérance, notamment dans le cadre touristique. Entre 8 et 10 % du chiffre d’affaires de l’opérateur Orange est issu de ce retard sur l’histoire.

19 centimes la minute de conversation

La suppression des tarifs différenciés selon la zone doit intervenir au 15 décembre 2015, mais le « paquet télécom » voté en avril par le Parlement européen a révélé les divergences ministérielles, le 27 novembre à Bruxelles. Paradoxalement, le Royaume-Uni souhaite accélérer cette mise en place d’un espace de communication commun, dégagé des frontières nationales. Globalement, la Commission européenne a imposé aux opérateurs une baisse des tarifs, de 80 à 90 % depuis 2007. Le 1er juillet dernier, une nouvelle mesure a diminué le coût des appels passés depuis les pays de l’Union européenne de 24 à 19 centimes la minute, tandis que la réception d’appels s’est repliée de 7 à 5 centimes la minute.