Langue
La Clau
La folie immobilière retombe à Perpignan: jusqu’à 20% de baisse des prix
Langue

La cote immobilière perpignanaise, après un mouvement de spéculation amorcé en 2002-2003 puis un recul précédant la crise actuelle, amorce une baisse très significative. Une enquête menée depuis la rentrée auprès de cinq agences, dont La Plaine Immobilier, Laforêt Immobilier et La Majorquine, par le magazine Capital, signale jusqu’à 20% de baisse de prix dans le domaine du grand standing, pour une moyenne de 10% de dévalorisation du mètre carré depuis octobre 2008. Quartier par quartier, le secteur Gare SNCF/Place de Catalogne présente une baisse de 10 à 20%, avec un prix au mètre carré oscillant entre 1.300 et 1.800 euros. La surprise provient essentiellement du quartier populaire du Vernet, au Nord, dont le standing augmente, parallèlement à un changement d’image et une amélioration du cadre de vie. Reliés aux centres de décisions de la ville par un quatrième pont sur le fleuve de la Têt, inauguré sous peu, le Bas et le Moyen-Vernet, à l’exception du Haut-Vernet, offrent des prix attractifs, entre 1.000 et 1700 euros le mètre carré pour les appartements. A l’Est, Le quartier Saint-Assiscle, dont les prix s’étaient envolés en 2006 par l’annonce de l’arrivée du TGV en 2009, affiche actuellement un prix au mètre carré de 1700 euros.

Partager