Langue

La réduction des quotas de pêche portant sur le thon rouge, menacé par des captures illégales, selon les organisations écologistes Greenpeace et WWF, est lourde de conséquences pour le secteur de la pêche en Pays Catalan. En effet, au printemps 2010, le port de Port-Vendres perdra quatre de ses six thoniers, dont deux rattachés au quartier maritime de Marseille, selon une prérogative de l’Etat en accord avec la réunion annuelle de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT), qui se tient au Brésil jusqu’à ce dimanche. En cours de validation par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche, la disparition des deux tiers des thoniers de Port-Vendres, effectuée par consentement, ne provoque qu’une seule réaction politique, celle du Front National. Sur le terrain glissant qui oppose la préservation de l’emploi à la préservation de l’environnement, alors que le volume de thon rouge disponible en mer n’est pas partout en recul, la tête de liste aux élections régionales pour la région Languedoc-Roussillon, France Jamet, enfourchait mercredi le cheval anti-Union Européenne en signalant que ce nouvel avatar de la crise à Port-Vendres, qui « ne semble pas émouvoir grand monde », modifierait « l’identité port-vendraise ».

Partager

Icona de pantalla completa