Langue

Créée en juin 2003, la coopérative laitière catalane Llet Nostra enchaîne les bonnes performances, avec un chiffre d’affaires de 20,6 millions d’euros en 2010, à l’issue d’une croissance moyenne de 7% ces quatre dernières années. Cette coopérative basée à Vic, dans la région de Barcelone, et qui emploie 40 personnes, gère sur ses 4.000 m² quelque 25% de la production laitière catalane, provenant de 225 exploitations. En 2010, près de 31 millions de litres de lait y ont été conditionnés. Pourtant, Xavier Tubert, son président, envisage de doubler le chiffre d’affaires d’ici 2016, grâce au lancement d’une gamme de yaourts et desserts, dévoilée ce jeudi. Le catalogue de la marque s’est considérablement étoffé, car 15 nouveaux produits viennent renforcer son offre. Il s’agit d’une série de 7 yaourts avec bifidus, sucrés, nature, aromatisés, 0%, grecs, ou encore liquides, ainsi que 8 desserts, dont des flans et de la crème catalane. Ce qui ne changera pas, c’est la recette de la proximité, au cœur du succès commercial. Le lait sera toujours catalan, et une nouvelle usine basée à Sant Guim de Freixenet, à mi-chemin entre Barcelone et Lleida, devrait fournir 48 emplois à l’horizon 2016. Llet Nostra ne se contentera pas de garder la main sur toute la chaîne de production, mais assurera aussi la distribution vers les points de ventes.

Le défi est de taille, car M. Tubert envisage « d’atteindre 10% de part de marché en 5 ans sur le segment des yaourts et desserts lactés » vendus en Catalogne du Sud. En toute confiance, le président de ce nouveau fleuron économique qui se moque de la crise rappelle que 70% des foyers sud-catalans consomment ce type de produits laitiers, alors que les derniers nés de la marque Llet Nostra sont déjà présents dans les rayons des chaînes commerciales Suma, Caprabo et Corte Inglés. Ce plan quinquennal tout juste entamé, Xavier Tubert songerait déjà à racheter Cacaolat, marque en difficulté, qu’il juge « intéressante et très bien positionnée sur le marché« .

Partager