Langue

Le compte à rebours qui précède les élections de la nouvelle présidence de la Catalogne, programmées le 28 novembre, suscite des annonces formulées par les partis en lice. Dans ce sens, ce jeudi, Mar Serna, la ministre-conseillère du Travail catalane, Mar Serna, fait connaître son intention de solliciter de la part de l’État espagnol le transfert vers la Catalogne de pleines compétences en matière d’emploi. Actuellement, le « Service Catalan d’Occupation », doté de prérogatives de diffusion d’offres d’emploi, n’est que partiellement en capacité d’assumer les stratégies nécessaires. Une entière liberté, dont jouit déjà le Pays Basque du sud, permettrait notamment d’aménager des aides aux entreprises en échange d’embauches. En réalité, une source gouvernementale espagnole indique que ce transfert sera proposée prochainement à l’ensemble des communautés autonomes espagnole qui ont réformé leur Statut pour cette éventualité, comme l’a fait la Catalogne en 2006. Le souhait de Mme Serna est en mesure de créer des sympathies envers sa formation politique, le Parti Socialiste de Catalogne, accusé par son rival, Convergence et Union, de relayer une certain centralisme de son homologue à Madrid, le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol de José Luis Rodríguez Zapatero. Cette évolution, qui augmenterait le « self-government' » catalan, fait suite à une autre, consacrée le 9 septembre, lorsque l’État espagnol a accepté la création d’un Conseil de la Justice catalane.

Partager

Icona de pantalla completa