Langue

La banque La Caixa a déjà tenté de se faire une place sur le marché français. Mais sa filiale française, CaixaBank, dont de nombreux clients utilisaient Internet pour la gestion de leurs comptes, a finalement été rachetée en 2006, pour 230 millions d’euros, par Boursorama Banque, spécialiste de la banque en ligne. Résolument novateur, le groupe financier catalan développe avec succès depuis 2007 le microcrédit dans une Espagne ravagée par la crise. Sa filiale MicroBank, présentée comme la banque sociale de la Caixa, est même venue faire sa présentation au Carrousel du Louvre à Paris, lors de l’Assemblée Générale du spécialiste de l’épargne salariale Natixis, le 26 mai dernier. Josep Francesc de Conrado, président de MicroBank, a mis en avant les 109.478 projets financés à ce jour, pour un montant de 689,8 millions d’euros, qui placent cette organisme financier au premier rang européen dans son domaine.

Les formules de microcrédit connaissent un réel succès, en d’adressant à un public varié, car elles permettent d’aider au financement des projets de micro-entreprises, ou de particuliers, à hauteur de 25.000 euros. Selon le procédé établi, la banque se réserve l’étude de viabilité des projets, mais n’exige aucune garantie réelle, comme l’hypothèque d’un bien. L’emprunteur peut effectuer les diverses démarches réglementaires dans toutes les agences du réseau. Par ailleurs, un « microcrédit social », adressé aux personnes dont les ressources économiques fermeraient la porte au crédit classique, permet de financer la création de leur propre emploi, grâce à une enveloppe de 15.000 euros. Cette modalité, qui exige un suivi plus approfondi du dossier, s’effectue exclusivement dans l’une des 400 agences estampillées MicroBank de La Caixa. Par ailleurs, un ensemble de livrets et de comptes sans frais de gestion élargit cette étonnante offre sociale. Le slogan de la maison est d’ailleurs « MicroBank, nous croyons en vous ».

Partager