Langue

La tension suscitée par le plan d’austérité lancé en Espagne par le gouvernement Zapatero, validé ce jeudi en Conseil des ministres à Madrid, est montée d’un cran significatif, ce vendredi, par l’annonce du secrétaire général du syndicat Commissions Ouvrières (CC.OO). Celui-ci, Ignacio Fernández Toxo, a indiqué qu’une grève générale serait « probablement » lancée le 8 juin. Cette éventuelle mobilisation historique, qui serait au demeurant un « drame », s’avère de plus en plus « nécessaire », selon le leader de ce syndicat, majoritaire. Le 8 juin, date déjà retenue pour une manifestation des agents de la fonction publique, pourrait alors devenir une date historique dans l’histoire de l’Espagne contemporaine, mais, selon M. Fernández Toxo, qui comparaissait face à la presse à Alicante, la réalisation de cette journée « dépend du Gouvernement ». Le catalogue de mesures d’austérité lancé par l’exécutif socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero via un « décret-loi » comprend des mesures très impopulaires qui visent à réduire le déficit public. Madrid prévoit une réduction de 5% du salaire des fonctionnaires espagnols dès le mois prochain et la stagnation du niveau de certains types de retraites à partir de 2011.

Partager