Langue
La Clau
Hereu et Alduy entrent dans le lobby du TGV du Sud, de Barcelone à Toulouse
Langue

Le maire socialiste de Barcelone Jordi Herreu a réuni hier, dans sa ville, les représentants des mairies de Barcelone, Girona, Figueres, Perpignan, Narbonne, Béziers, Montpellier et Toulouse, en vue de constituer un groupe de pression dans le but d’accélérer le raccordement de la Catalogne Sud et du Sud de la France. Ainsi, les maires des différentes villes demandent désormais, dans une déclaration commune adressée aux Etats français et espagnol et à la Commission européenne, que soient réalisés le plus rapidement possible la ligne Perpignan-Montpellier, les travaux entre Montpellier et Nîmes, les gares de Barcelone et de Figueres ainsi que que le tracé de Girona, que la ligne Perpignan-Figueres soit mise en service en 2010 et que la portion Figueres-Barcelone fonctionne dès 2012. Le jeune élu juge par ailleurs jugée hautement stratégique la ligne du sud-est européen, qui doit, à terme, relier València et Turin. Mais le maire de la capitale de l’Europe du sud ne s’arrête pas là : il se positionne en représentant d’une Eurorégion qui bouscule les institutions officielles. Lors de la réunion d’hier, le maire de Perpignan Jean-Paul Alduy a qualifié d’« insulte à l’intelligence » l’achèvement des travaux du TGV entre Perpignan et Figueres sans qu’aucun train ne puisse y circuler.

Partager