Langue
La Clau
Girona a exporté davantage en 2010, en facturant 3,3 milliards d’euros
Langue

En 2010, l’économie sud-catalane a affronté la précarité financière espagnole liée à la crise, en octroyant plus que jamais un rôle capital à ses exportations. Selon une série chiffrée révélée en début de semaine par le Gouvernement de Catalogne, après une année 2009 catastrophique sur le marché extérieur, 2010 a vu le retour en masse des exportations catalanes. L’Union Européenne représente à elle seule les deux-tiers de ces exportations, avec une hausse de 12,3% pour 2010. Dans la province de Girona, l’UE totalise même 85% des ventes à l’étranger, dans une année déjà qualifiée d’historique, pour un total de ventes qui devrait dépasser les 3,3 milliards d’euros. Girona, dont les principaux clients sont la France, Allemagne et Italie, doit en partie de ses bons résultats à son secteur carné, qui représente un quart du volume exporté. En effet, comme le rappelait en 2009 Pierre Batoche, alors Directeur Général de la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie du Languedoc-Roussillon, au sujet de l’Europe « C’est un marché proche, plus facile, culturellement plus adapté ».

Cependant, pour parvenir à une augmentation de 18% en 2010, la Catalogne, a dû et su diversifier ses acheteurs. La crise l’a donc incitée à se tourner vers des marchés jusque-là confidentiels, mais moins fortement touchés. Bien que le volume de base soit assez modeste, en 2010, les ventes vers la Chine ont augmenté de 28,6%, tandis que les exportations vers l’Inde, le Brési et l’Afrique du Sud, ont vu leurs chiffres s’envoler de 53,4%, 56,2% et 60,6%. Ces pays qualifiés d’émergents ne représentent pour l’instant qu’une force d’appoint pour la Catalogne du Sud, où la crise reste d’actualité. Mais la démographie et l’économie de ces territoires configure des marchés à conquérir, pour rattraper la croissance. En ce sens, le renforcement des liens économiques établis en 2010, dans le cadre d’une internationalisation croissante de l’économie sud-catalane, semble être de bonne augure pour l’avenir.

Partager