Langue

Le comédien Gérard Depardieu souhaite amorcer une nouvelle étape de sa vie en se détachant encore plus de son pays. A 73 ans, l’acteur qui disposait déjà d’un passeport français et d’un passeport russe vient d’obtenir la citoyenneté dubaïote. Le géant du cinéma français, interrogé par l’Obs le 25 février, affirme que sa vie “se déroule le plus souvent en Méditerranée”, car il est propriétaire de “deux bateaux pour la pêche au gros”. L’un est ancré à Dubaï et l’autre, ancré à Istambul, est un ancien thonier dans lequel la star a fait construire un appartement.

Du raisin de Latour-de-France vinifié à Montner

Parmi de nombreux biens, la fortune de Gérard Depardieu repose sur un hôtel particulier situé dans le quartier parisien de Montmartre et des vignobles. Celui qui préfère tourner des films en France qu’y vivre affirme “Je vais d’ailleurs mettre en vente mon hôtel parisien et mes vignes”. Parmi les parcelles figurant dans l’escarcelle du natif du Berry figurent des possessions situées à Latour-de-France. Ces vignes, dont la production est traitée dans la commune voisine de Montner, sont en réalité confiées à la maison Bernard Magrez, basée dans le Bordelais. Ce wine maker a fondé, avec l’acteur, la société “La clé du terroir”, qui a acquis de nombreux petits vignobles de très grande qualité. Individuellement, le monstre sacré du cinéma français a acquis sa première vigne en 1989 est a poussé cette passion de l’achat de terres viticoles jusqu’au Maroc.

« C’est opaque, on ne sait rien »

Des arpents plantés de Carignan, Syrah et Grenache noir, situés dans la commune occitane du Pays Catalan, sont travaillés en toute discrétion pour produire les breuvages, un temps estampillés “Depardieu en Roussillon”. Mais cette présence n’est pas démonstrative. “Des ouvriers viennent furtivement, c’est opaque, on ne sait rien, l’information ne circule pas, nous confie un propriétaire récoltant enraciné à Montner.

Gérard Depardieu, refroidi par la fiscalité française, a préparé un spectacle autour des chansons de Barbara, qu’il représentera en avril à Paris. Puis, il ne tournera qu’à l’étranger, estimant qu’« en France, tu chantes 20 chansons, et le fisc t’en prend 14 ». Considéré comme un ami du président russe, Vladimir Poutine, il estime à propos de la guerre en Ukraine qu’il faut « arrêter les armes et négocier ».

Partager