Langue

L’association « Comerç Figueres », qui évalue à 40% la clientèle française présente à l’année dans la ville selon une étude révélée vendredi, ne cache pas son inquiétude face à l’augmentation générale des prix, qu’elle considère inéluctable, et qui rendrait son offre moins attrayante pour les publics du Nord des Albères. D’après cette étude, qui repose sur un sondage réalisé par le Centre de Recherche et d’Innovation des Industries Touristiques auprès des « nord-catalans des Pyrénées-Orientales », la demande récurrente concerne l’ouverture permanente des commerces de 10h à 20h. D’autre part, une écrasante majorité des personnes interrogées, soit 93,6%, se déplace à Figueres pour effectuer des achats vestimentaires, mais déplore des conditions de stationnement « moyennes ». La puissante association, qui fédère 382 commerçants, est à la recherche de solutions alternatives pour anticiper le rapprochement des prix entre le Nord et le Sud et envisage de créer une stratégie orientée vers d’autres publics dans le but d’éviter une sur-crise, tout en misant exclusivement sur la qualité.

Partager