Langue

La ville de Figueres amorce la nouvelle décennie en tranformant radicalement son image. Commerçante par excellence, dotée d’industries, notamment mécaniques, et d’une réputation finissante de ville austère, sous influence frontalière, la capitale de la région de l’Alt Empordà entretient son nouveau statut de ville à vivre. Dans ce sens, son « Parc des oliviers », de 17.000 mètres carrés, a été inauguré ce vendredi 24 décembre, à deux pas du nouveau Lycée hôtelier de la région. Entièrement consacré aux loisirs, ouvert à toutes les générations, ce nouveau poumon vert en périmètre urbain contribue à dépoussiérer définitivement l’aspect de Figueres, cité laborieuse, longtemps négligeante envers son esthétique. La ville s’offre ainsi une troisième zone à apprécier à l’air libre, ajoutée à son Parc Bosc (Parc de la forêt) et à son Parc de les Aigües (Parc des eaux). Aménagé pour un coût d’1,4 millions d’euros, le nouvel ensemble, imaginé en 2006, contient un vaste espace de jeux pour enfants et abritera au printemps 2011 l’un des plus grands skateparks de Catalogne, sur 700 mètres carrés.

Sous l’effet du TGV, la stratégie municipale est l’invention d’une nouvelle Figueres, repositionnée sur la carte de l’Europe, renforcée en son sein par une longue série d’aménagements, dont une Place de Catalogne aux allures de grande capitale. A l’instar de Perpignan, dont l’attractivité visuelle de la nouvelle gare TGV doit servir de point d’entrée vers une relance générale, Figueres renforce ses arguments de séduction. Jusqu’à oser se proclamer « Meilleure ville du monde », sur un clip diffusé dans la plupart des cinémas de Catalogne du Sud. A 36 km de Girona et 60 km de Perpignan, Figueres situe son plafond de population à 85.000 habitants afin de conserver une échelle humaine, tout en conservant ses talents, et en suscitant l’ajout de nouvelles dynamiques humaines, économiques en particulier. Dans une vision à deux ou trois décennies, cet objectif , sur une base actuelle de 43.000 habitants, a aussi pour vocation d’éviter une absorption par la métropole barcelonaise.

Partager

Icona de pantalla completa