Langue

Le grand centre logistique de Vilamalla, imaginé depuis la fin du siècle dernier, mais freiné dans son lancement par la crise économique, a fait l’objet le 20 mars d’une décision importante. La Commission d’Urbanisme du gouvernement catalan a en effet engagé les démarches administratives nécessaires à la mise en oeuvre de ce projet de 145 hectares, à 2,5 km au sud-est de Figueres. La rédaction du schéma directeur de cette zone est désormais enclenchée, pour donner lieu à la « plateforme intermodale de marchandises de el Far-Vilamalla », du nom des deux périmètres municipaux qui l’accueilleront. De nouvelles réserves foncières sont incluses dans ce schéma, imbriqué dans le Corridor méditerranéen en cours de structuration le long de la côte méditerranéenne du territoire espagnol.

Danger pour le marché Saint-Charles de Perpignan ?

La question de la concurrence du site de Vilamalla avec les sites logistiques du Boulou, Perpignan et Rivesaltes, évoquée en 2011 par le think tank Opencat, reste sans réponse définitive. La cartographie de la zone sud-catalane, qui décrit aussi l’actuel site Logis Empordà, ébauche un espace puissant, connecté à la Ligne à Grande Vitesse et à la voie ferrée traditionnelle, pour une connexion directe avec le Port de Barcelone. Les flux de marchandises en provenance du Pays Valencien, du Sud de l’Espagne, de Madrid et Saragosse sont également concernés, dans une bataille de compétitivité historique, car, à 35 km du territoire français, cette spécialisation logistique vise un leadership ibérique. Le nouveau site, géré par la société « Terminal Intermodal Empordà » (TIE) dirigée depuis Barcelone, fonctionnera dès 2015 et accueillir des trains jusqu’à 750 mètres de long, profitant de trois ou quatre voies. TIE, financé par le gouvernement catalan et l’Autorité Portuaire de Barcelone, doit également favoriser l’implantation d’entreprises. Sa gouvernance, confiée à la société publique Cimalsa, doit conforter un statut de porte européenne, déjà revendiqué par le Marché International Saint-Charles de Perpignan.

Stratégie couplée avec le Port de Barcelone

L’avancée concernant Vilamalla suit de quelques semaines une annonce décisive pour l’ambitieux Port de Barcelone, dont le conseil d’administration a validé le 27 février l’agrandissement de la plateforme ferroviaire du « quai Sud ». Un faisceau de 6 voies ferrées y sera adapté aux normes européennes, pour un meilleur service proposé à la société Terminal de Conteneurs de Barcelone (TCB), qui agrandit elle-même son site. Ce chantier de 7 millions d’euros, accompli à l’automne 2013, permettra aussi l’accueil de trains de 750 mètres.

Partager