Langue

La société Transhotel, spécialisée dans la commercialisation de services touristiques, choisit la fin de l’année pour procéder à la fermeture de son « Bureau France », ouvert en 1995 à Cabestany, dans l’agglomération Perpignan Méditerranée. Cette entreprise espagnole fondée à Madrid licenciera ou redéploiera dans le Sud de la France les 15 employés de cette filiale. Une délégation développée depuis 2004 à Paris sera conservée, mais la plateforme du Roussillon, idéalement située à proximité du territoire espagnol, ne sert plus les stratégies du groupe, qui accuse un repli de 8 % de son chiffre d’affaires français, de 32 millions d’euros en 2012. Dans ses arguments, Transhotel France affirme être « en train de redessiner son modèle commercial » pour « mieux s’adapter à un environnement changeant » et obtenir un gain en « flexibilité et en couverture territoriale ».

Difficulté de maintenir une centrale en Pays Catalan

L’ironie de cette fermeture est la montée en puissance de Transhotel aux Etats-Unis, au Canada, en Argentine ou encore au Mexique et au Brésil, où se multiplient les établissements hôteliers fournisseurs de services partenaires, tandis que le nombre de chambres réservées entre janvier et octobre 2012 a augmenté de 11,4 %. Le portefeuille de Transhotel comprend plus de 60.000 hôtels dans le monde, dont 35 % sur le continent américain, grâce à un réseau de 24 filiales, dont celle de Cabestany. Il s’agissait de la première créée à l’étranger, déployant en exclusivité son activité sur l’ensemble du territoire français. Depuis Paris, Transhotel se concentrera sur des régions plus aisées que le Pays Catalan, c’est à dire comportant des marchés émetteurs plus intéressants. Ces secteurs sont les agglomérations de Lyon, Toulouse, Marseille, Rennes, Nantes et Bordeaux.

Partager

Icona de pantalla completa