Langue
La Clau
Liquidation de la société Chassagnac : la compétitivité en question
Langue

La fin de l’année 2012 multiplie les évènements économiques négatifs dans les Pyrénées-Orientales, dans une tendance qui peut se développer en 2013, à la faveur d’une crise qui pénètre plus tardivement la France que le reste de l’Europe. Le 12 décembre, le Tribunal de commerce de Perpignan a prononcé la liquidation judiciaire de la société Chassagnac-Llapasset, fondée en 1923. Cette entreprise employant 28 personnes au Soler, à l’ouest de Perpignan, est spécialisée dans la quatrième gamme, correspondant au conditionnement de salades sous-vide. Considérée comme une unité industrielle efficace, elle succombe à une concurrence sans précédent de l’activité de l’emballage des productions maraîchères, particulièrement exercée par les autres opérateurs de ce secteur, présent massivement dans les grandes surfaces, notamment le hard discount.

Difficultés récurrentes pour l’entreprise « Plaine du Roussillon »

Chassagnac-Llapasset, qui avait déjà licencié 12 employés en juillet 2012 et cessera son activité début janvier 2013, a été racheté en 2010 par la coopérative agricole Plaine du Roussillon, elle-même en grandes difficultés. Cette société de commerce de gros de fruits et légumes regroupant 90 producteurs, fondée en 1990, elle-même au bord du dépôt de bilan fin 2011, a fait l’objet d’un appui de l’Agglomération Méditerranée, sous forme de rachats immobiliers, début 2012. Puis, en novembre, elle recevait un nouveau sauvetage, géré par la même institution, en provenance du Fond National d’Aménagement du Territoire, à hauteur de 225.000 euros. Il pourrait cependant s’agir d’un procédé de respiration financière artificielle, compte tenu des difficultés rencontrées en Europe par un modèle collectif français manquant de compétitivité.

Partager

Icona de pantalla completa